Griffonnage

Le blog d'un apprenti prosateur

Le Choix

diane_goddess_of_the_moon__by_fleurine_retore

Le temps était terne et morose, comme son humeur. Mais elle devait se lever, pas le choix.

En ce matin morne, elle se laissa glisser de sa couche encore chaude de son corps. Elle était nue et la fraîcheur de l’air sur sa peau lui faisait du bien. Elle sentait chaque parcelle de sa peau fine et translucide se couvrir de petits hérissements agréables mais qui la faisaient toujours frissonner. Elle se dirigea d’un pas lent mais alerte vers l’ouverture qui donnait sur son balcon. De là, elle avait une vision globale de son monde, qui était étendu à ses pieds, comme pour rappeler sans cesse pourquoi elle avait choisi sa vie. Pourquoi, cette fameuse journée, elle avait accepté la proposition de cet inconnu, apparu dans son village ce jour annonçant le renouveau de la vie, cette saison qui faisait fleurir les jeunes pousses et donnait aux êtres cette fougue de vie après avoir vécus enfermés dans leurs habitats pendant la grande période froide.

Le moment de leur rencontre était le plus étrange qu’elle ait pu expérimenter. Elle avait l’habitude de déceler le bien et le mal dans chaque individu rien qu’en les regardant. Chaque être était nimbé d’une aura caractéristique. La couleur blanche tirant sur le bleu indiquait une propension à faire le bien, alors que le noir avec des reflets rouges indiquait l’opposé. La plupart des gens qu’elle côtoyait ne renvoyait cependant qu’un halo neutre, terne, jouant entre le blanc et le noir, entre gris clair et gris foncé. Mais cette lumière si vive, si éblouissante qui ressortait de cet inconnu, était une première pour elle. Elle se sentait étrange, mais en parfaite confiance.

Ce n’est que plusieurs cycles plus tard qu’elle compris que la position de cette personne n’était pas si enviable que cela. Oui, elle avait accepté de le remplacer dans sa fonction. Oui, elle avait eu confiance. Mais le contrat semblait biaisé. Elle connaissait la vie de ses congénères pourtant, mais pas de la position où elle se trouvait actuellement. Non… Il est si difficile de régner sur des êtres aux humeurs si différentes, si tordues pour certains, si belles pour d’autres… Mais elle avait fait son choix… Choisi de remplacer un Dieu, qui en avait eu marre de devoir observer la décadence de ce monde dont la population ne l’écoutait plus, ne cherchait qu’à se servir de Lui pour des besoins égoïstes. Il avait décidé de rentrer chez Lui, mais Son contrat stipulait qu’Il ne pouvait quitter cet endroit qu’après avoir trouvé un remplaçant.

Elle se rappela très bien Lui avoir dit que c’était une lourde responsabilité et qu’elle ne s’en sentait pas capable mais Il lui a rétorqué qu’elle était plus forte qu’elle ne le pensait, et qu’Il avait parcouru toute la surface de ce monde et qu’elle était la personne idéale.

Idéale… Au début, on est heureux, on veut changer le monde. On y met alors toute sa compassion… Mais non, rien a changé… Depuis des temps immémoriaux pour les mortels, Elle observait donc la vie de ces insectes à partir de Son balcon, nue, à la fraîcheur, qui lui permettait d’éteindre ce feu qui bouillonnait en Elle. La colère refoulée de ne pas Se faire entendre. Plus d’une fois, Elle a failli franchir la limite, plus d’une fois Elle a eu envie d’en finir… Mais Elle s’est toujours retenu. Elle avait beaucoup d’espoir pour Son peuple, mais il l’avait oublié. Et ça, c’est impardonnable….

Alors, cette fois-ci, Elle Se décida à se laisser envahir par la colère refoulée et entrepris ce qu’aucun autre Dieu avant Elle n’avait eu le courage de faire…

Elle revint à l’intérieur de sa demeure perchée dans les nuages, et se dirigea vers un guéridon sur lequel était posé l’Orbe ultime. En y insufflant toute sa colère et sa frustration, l’Orbe devenait une arme qui avait la capacité de détruire le monde créé des millions d’années auparavant…

Elle s’en empara, et ressenti des picotements sur le bouts des doigts, remontant doucement le long de ses bras et se dirigeant à la fois vers son cœur et son esprit. Il ne lui restait plus qu’à libérer sa pensée et c’en était fini…

Elle alla une dernière fois sur Son balcon, regarda une dernière fois le monde d’en bas et laissa sa colère sortir de son cœur…


(illustration : ©Le Monde de Fleurine.com – license Creative Commons – Diane, Goddess of the Moon)

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

 

Publicités

Navigation dans un article

Une réflexion sur “Le Choix

  1. Réponse du berger à la bergère 😉 : je t’échange un fantasme d’homme contre un fantasme de femme… ou l’inverse, bien sûr. A bientôt !
    http://alexanelhonna.skyrock.com/3.html

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :